une Journée à Paris

Pour la deuxième rencontre de profession de foi des premières années, nous sommes allés à Paris.
Les 5e se sont joints à nous pour cette belle journée !IMG_1868
Notre train de 8h53 ayant été annulé, Père Damien en a profité pour nous exposer le déroulement de la journée.
Nous avons pris le train de 9h23 pour arriver à l’église Saint Gervais à 10h30, où un frère de la fraternité monastique de Jérusalem nous attendait. Comme l’église était en prière silencieuse, et que le temps était clément, nous sommes restés à l’extérieur sur les marches, pour écouter son témoignage.
Ensuite nous avons suivi la messe. Nous étions sur des tabourets en bois. Certains enfants ont pu suivre la messe entre les sœurs et les frères de la communauté, au plus près de l’autel, d’’autres ont pu participer en portant des lumignons, via l’allée centrale vers l’autel, lors de la procession des offrandes.
Cette messe était surprenante car elle n’était que chants. Seules les textes de la liturgie étaient lus. Le Notre père, le Credo ont été chantés. C’était magnifique à entendre, même si difficile à suivre…
Autre particularité de la messe, l’Eucharistie était proposée avec le vin, pour ceux qui le désiraient.
Nous étions tous admiratifs, si bien que le calme et le silence s’imposaient tout naturellement.
Après la messe, certains ont fait la boutique, avant de bénir le repas et pique-niquer.
IMG_1880
Avant de repartir, le père Damien nous a parler des 10 commandements, thème de cette 2e rencontre pour les 6e. Il nous a expliqué leur importance dans notre vie de chrétien.
Ensuite nous sommes allés à Notre Dame, nous avons fait le tour et découvert les sculptures sur bois expliquant la vie de Jésus sur terre et ressuscité.
Sur le parvis, Amandine, nous a proposé un quizz pour trouver le chemin à suivre jusqu’à notre prochaine étape : le Sacré-Cœur.
Là, nous avons suivis les vêpres.
Après une visite rapide et un goûter bien mérité, il a fallu penser au retour. Après consultation des horaires de train, il n’y avait pas une minute à perdre, il fallait absolument avoir le train de 17h23.
Ce fût une course folle, à travers les rues, le métro, bien sûr en toute sécurité, car nous ne devions pas en perdre un seul. Donc grâce à l’énergie retrouvée par les jeunes (effet goûter !) nous avons réussi à avoir le train.
Merci à eux, et pardon à ceux qui n’étaient pas sportif comme moi. ;o)
Bonne journée, très bons souvenirs. MERCI !
Publicités